Troisième et dernière journée (pour moi) passée sur le festival Jazzin' Cheverny 2010, celle du samedi 12 juin s'est enfin déroulée sous un ciel clément, et même quelques rayons de soleil !

En témoigne cette apparition soudaine des Men in Black...

FOLMER_L

L'après-midi, sur la scène du off, a vu se succéder deux groupes régionaux très intéressants.

Le jeune pianiste Martin Dine avec son trio en a impressionné plus d'un par sa maitrise du clavier. Mais c'est surtout l'univers déjà bien construit de ses compositions qui m'a agréablement accroché l'oreille. On le suivra, ce jeune homme !

Comme j'avais déjà dans ma besace le premier album de Cosmic Drone, je savais à quoi m'attendre côté puissance sonore. Mais la toute nouvelle vielle à roue électro-acoustique de Stéphane Durand m'a tout de même surprise par l'ampleur de sa résonnance !

Le son d'ensemble du groupe, très attiré par le versant rock du jazz, et folk du rock à moins que ce ne soit l'inverse, est en tout cas très séduisant. Il y a là un discours neuf, bien intéressant à entendre. Le second album est dans les tuyaux parait-il...

Petite pause le temps de passer au château, et devant un parterre de plus de 700 personnes sans poncho orange, Roger Biwandu et son quintet ont commencé à embraser la scène. La gentillesse et la bonne humeur du batteur leader ont mis le public sous le charme. Mention spéciale, personnellement, à Nicolas Folmer dont le son de trompette m'a impressionnée.

A la tombée de la nuit, tout le monde était bien chaud pour applaudir la nouvelle diva du hip-hop/soul. Sandra Nkaké, merveilleusement bien accompagnée, n'a pas ménagé son énergie pour embarquer le public dans son univers multicolore. Dommage que les graviers de la cour du château n'incitent pas à se lever pour danser...

Et une carte postale vidéo pour résumer cette troisième journée à Jazzin' Cheverny 2010, un peu plus longue que les précédentes.